bouton accueil bouton retour

350 et 400 DART (1988-1990)

La Dart est la sportive que Morini voulait dans sa gamme à la fin des années 80 pour couvrir l'éventail que tout constructeur qui se respecte était sensé proposer : une sportive, un trail, un custom
Vu qu'à cette époque Morini ne roule pas sur l'or, il faut faire avec ce qu'on a déjà et limiter les frais de développement. La marque appartenant au groupe Cagiva, les morceaux qui constituent la Dart sont hérités de la Cagiva Freccia C10 pour la partie cycle et le moteur est le bon vieux V twin 350 Morini, dont la lignée remonte à la 3 1/2
Le moteur rentre au chausse pied dans le cadre, mais celui ci, bien né, n'a aucune difficulté à supporter la modeste puissance du moteur 4 temps.
Le carénage enveloppant de la C10 est en revanche bien trop fermé pour refroidir les cylindres à ailettes de la Dart. Il est donc redessiné, et il faut bien avouer que le dessinateur avait un beau coup de patte.
Un an (ou deux, celui qui a l'info peut me l'envoyer) après son lancement, les ventes ne sont pas au rendez vous. Cette "sportive" de 34cv, 350cm3, au look diversement apprécié et au nom de famille qui fleure bon la faillite a du mal à se faire une place d'autant que ses 44000 francs la mettent en concurence directe avec des 750 japonaises.
L'idée d'implanter le moteur 501 (507cm3) qui équipe la Camel passe par la tête des ingénieurs, mais le moteur, lui, le passe pas dans le cadre de la Dart. Ils choisissent alors de réaléser le 350cm3 à 390cm3. Le gain est anecdotique. La puissance passe à 36cv. La manoeuvre est surtout commerciale car les 400cm3 boudés en Europe se vendent assez bien au Japon où la réglementation est plus lourde au delà de cette cylindrée
Malheureusement pour Morini, le succès espéré ne se présentera pas. En 1990, Morini présente une Dart relookée qui prend le nom de K9. Le gros garde boue enveloppant est supprimé au profit d'un modèle plus classique. Le carénage est modifié et ressemble plus à celui de la Freccia C12 (voir la trappe à essence, par exemple), et surtout, le bas du carénage est supprimé pour dévoiler le bas moteur.
La K9 garde le moteur 400, même si le 550 qui vient de sortir aurait été apprécié, avec ses 50cv. Je ne sais pas si cette moto a été réellement commercialisée car elle est vraiment introuvable

Sur la route (je n'ai pas dit autoroute), la Dart s'en sort bien. La tenue de route est très bonne, le freinage sans faille, et son faible poids compense sa puissance modeste. Même si le moteur ne pousse pas bien fort, il ne rechigne pas, même à très très bas régime, et son bruit surprendra tous les curieux qui s'attendent à un deux temps ou un quatre cylindres
Malheureusement, son carénage enveloppant et assez fragile rend compliquées les opérations d'entretien qui sont pourtant indispensable pour la fiabilité.
Les déposes, reposes finissent par générer des fissures autour des vis de fixation du carénage. De plus la température du moteur provoque une fissure sur le flanc gauche (elles l'ont toutes !) Le collecteur d'échappement a surement été le dernier élément dessiné par les ingénieurs épuisés le jour de leur départ en vacances. Le parcours du tube arrière est des plus sinueux, et le berceau du cadre cache la bague de fixation sur la culasse pourtant réputée pour se desserrer. La boite qui relie les deux tubes avant le silencieux est exposée aux projections et rouille vite. En plus, une patte de fixation lui tire sur la paillasse et elle finit par se fissurer

Malgré ses défauts, la Dart est une moto agréable et attachante, et pas seulement parceque personne en veut ! Aujourd'hui elle est une moto très rare et mérite d'être bichonnée pour devenir une moto de collection originale

Copyright "Moto-Morini Passion" 2010, tous droits réservés - association n°W762004420
webmaster : Alain Dart-Man