bouton accueil bouton retour

6ème rassemblement du club à Vanosc

Par Alain

Ca fait déjà quelques heures qu'on discute, avec Jean-Pierre quand on atteint Annonay. Le fourgon vert dans le rond point ne m'est pas inconnu ; c'est Momo et Christian ! On se suit sur les quinze derniers kilomètres où les virages s'enchainent à perte de vue.

Nous atteignons Vanosc, pile à l'heure pour passer à table ! Il y a déjà beaucoup de monde. Jean-Luc et Marie Jo déchargent leurs motos, les camping-cars sont déjà sur leurs cales et tout le monde semble bien content de se retrouver.

Dans le gymnase, les tables sont dressées, et Robert s'active pour préparer le repas, ce qu'il fera tout le weekend avec beaucoup d'organisation et de gentillesse. C'est le sixième rassemblement, on se connait presque tous. On découvre quelques nouvelles têtes comme celle de Petrus ou de Pierre, et aussi celle d'un autre Pierre venu en Guzzi Le Mans avec sa fille. Jean-Pierre discute déjà avec Jean-Claude et Dominique, le continental circus reprend du service. Le petit Philippe et là aussi. Il a abandonné sa 104 à mi-chemin sur casse de la boîte de vitesse. C'est sur la 125H qu'il a fait l'autre moitié du périple.

Il y a pas mal de motos dans la salle. Beaucoup de 3-1/2, de la sport de Philippe à la psychédélique de « lebrun ». Au bout, on a mis à l'écart les motos d'autres marques, comme la Norton Atlas de François, la Ducati de Jean-Mi ou celle de Sophie.

Après manger, on part en file indienne derrière le side Royal Enfield de Philippe, notre guide du weekend pour une balade dans la montagne. La Dart tourne à merveille malgré un bruit à l'échappement qui la rend un poil plus virile. Après une belle montée et une halte au sommet, on redescend jusqu'au village où Alain Pourchier exerce sont métier de fabricant de side-car. La visite des ateliers intéresse tout le monde et la conception de toutes ces pièces force l'admiration. Alain nous offre un pot à l'issue de la visite. Ensuite, on reprend la route vers notre lieu de rassemblement.

Deux motos arrivent dans le chemin. Une 500 rouge avec saute vent et porte bagage. On la connait bien celle là, c'est Brubru. L'autre, c'est une Triumph Bonneville. Dessus, il y a le père Noël avec un casque intégral et la barbe qui dépasse. Mais ou a-t-il foutu ses rennes ?? Non, ce n'est pas le vrai père Noël, ni même Saint Nicolas, c'est le pape de la Morini bi-cylindre, notre Christian « 123 Morini » et son éternelle bonne humeur. Ils ont l'air en forme malgré les 950km avalés en deux jours. La béquille de la Bonny et l'usure des pneus sont les témoins d'une gentille arsouille.

Allez, le tire bouchon de François est en action, il est l'heure de l'apéro. Ca discute, ça rigole et ça continue tard après le repas. J'essaie de dormir dans un coin de la salle, mais quand j'entends Lulu chambrer Pétrus sur les Ducati, je me dis que ce serait quand même dommage que ça s'arrête !

Une courte nuit plus tard, on est déjà vendredi. On se lève car le programme est chargé. Direction le musée du car ou notre guide nous raconte l'histoire de Joseph Besset, ce fils d'agriculteur de Vanosc qui devint un grand industriel en devenant charron, puis en carrossant des automobiles et qui s'orienta ensuite vers la fabrication d'autocars. Le musée est superbe et mériterait de s'y attarder plus longtemps, mais l'équipe municipale nous attend pour le pot de l'amitié. Le maire et ses conseillers nous font le meilleur accueil. C'est à ce moment qu'arrive notre ami « la goupille »

Les Italiens font une courte apparition. Malheureusement, Paolo doit rentrer d'urgence en Italie. On verra à peine Guiseppe et Ermano.

L'après midi sera studieux avec pour thème « le calage de la distribution d'un Corsaro ». François est très à l'aise dans son rôle d'animateur de formation. L'assemblée est attentive, c'est qu'il connait son affaire, le père François.

Ceux qui étaient partis à l'assaut des routes Ardéchoises reviennent bien mouillés. Eh oui, le climat n'est pas celui dont on aurait rêvé. Il ne fait pas chaud et le ciel ne s'éclaircit que rarement. Pascal, le frère de Momo s'en sort plutôt bien car il roule à l'abri derrière le pare brise de sa superbe BMW de gendarme. Ses deux copains, Lionel et Pascal sont moins bien lotis sur leur sportives.

Petrus réapparait après une journée de récupération. Visiblement le retour au campement a été mouvementé la nuit précédente.

Le soir, on fait l'assemblée générale. L'occasion de faire le bilan et de réélire une partie du bureau. On a aussi parlé du prochain grand évènement : notre premier trackday le 27 septembre à Pouilly en Auxois. Ensuite, Jacky a sorti un gros papier d'emballage qui refermait mon cadre de Dart qu'il m'a repeint. Un boulot magnifique. Un très grand merci, Jacky !

Natacha n'arrête pas non plus. Elle peut compter sur l'aide de Dominique, d'Evelyne, de marie Jo, d'Anne (j'en oublie, je suis sûr, naaaannn les filles pas la tête !!!)

La nuit est plus calme. Il faut être frais pour la balade du lendemain. En ce samedi matin, le mot frais est approprié. Et un peu plus haut, on peut même dire froid, et une fois passé en Haute-Loire, c'est même « putain, ça caille » qui devient le vocabulaire le plus représentatif . Jean-Pierre est derrière moi. La Dart ne ronronne plus vraiment, elle grogne de plus en plus fort. La boite qui collecte les deux tubes d'échappement est percée. et même ouverte ! Devant moi, Momo fait un peu figure de crapaud sur une boite d'allumette sur la 250 Benelli de Chritian. La Corsaro d'Alain et Sophie affiche un flocon au tableau de bord. On redescend sur le flanc Ardéchois et comme Philippe, notre guide, nous l'avait promis, le temps s'est éclaircit et la température s'est un peu adoucie.

Le barbecue du midi nous réchauffe. On admire la moto de piste de Jean-mi, la Ossa à moteur Morini de Momo et on s'intrigue devant la Corsaro ex-Riton que Bernard a apporté. Avec ses couleurs originales, elle ne passe pas inaperçue.

On reprend la route et les virolos au rythme du side Enfield en suivant une route en corniche au dessus de la Cance, une jolie rivière enjambée par des ponts en pierre. La Corsaro PTT d'Evelyne nous fait des caprices et rejoint le camion d'assistance. Quelques kilomètres plus loin, on arrête les motos devant l'entrée du musée de l'alambic. Je dois bien avouer qu'on est plus à notre place qu'au musée du sac à main ou qu'à celui des accessoires pour caniche-à-sa-mémère. Le musée est très bien fait et la boutique en sortie trouve ses adeptes.

Sur le trajet du retour, et après une halte dans un petit village au château médiéval, c'est Heiner qui doit abandonner sur crevaison de sa 125H. Pas de problème de fiabilité pour Werner qui se chargera du rapatriement de Philippe à Colmar. On fait une petite halte devant l'usine Irisbus, la fierté d'Annonay, et à Vanosc, on visite le hangar qui abrite quelques car dont un que Jacky va restaurer prochainement.

C'est la dernière soirée, et c'est au restaurant du village qu'on partage le repas de clôture. Dans une ambiance bruyante et très festive, c'est l'occasion de remercier nos hôtes par l'inévitable « Hip-hip-hip, atchic- atchic- atchic » lancé par la Goupille. Après un très bon repas, le patron sort la poire. Cinq fruits et légumes qu'ils disaient !!! Ce n'est pas l'envie qui manque de siroter tout le verger, mais demain, on rentre, il faut être raisonnable.

C'est par un temps magnifique qu'on rejoint la salle qui s'est déjà bien vidée. Guy et Tassadite (ah en voilà une que j'avais oublié tout à l'heure (aïe, pas la tête j'ai dit)) finissent le petit déj, et tout le monde repli ses affaires. Je profite du camping-car présidentiel pour faire transporter mon beau cadre tout repeint.

On descend le chemin de la salle Jean Moulin en regardant dans les rétros, et ça y est, le rassemblement s'éloigne déjà. Dans un an, le week end du 8 mai 2015 ce sera la 7ème édition, chez la Goupille et Yoyo, comme la première fois.

Avant de tourner cette page, un dernier et très chaleureux merci aux organisateurs, Jacky, bien sûr, mais aussi Natacha, Robert et Yvette, Philippe le guide, et bien sûr à l'association la Vanaude et à la commune de Vanosc, et aussi à ceux que j'ai surement oublier de citer, mais qui on fait que ce 6ème rassemblement a été une franche réussite.

Copyright "Moto-Morini Passion" 2010, tous droits réservés - association n°W762004420
webmaster : Alain